Identités virtuelles et délinquance: frères ou fraudeurs?


Les marchés criminels en ligne où se négocient des biens et services illicites sont décrits comme étant une menace sérieuse à nos sociétés. Ces marchés généreraient des revenus de centaines de millions de dollars par année et démocratiseraient l’accès aux informations bancaires volées, aux médicaments contrefaits, aux drogues illicites et aux produits de contrefaçon. Lutter contre cette forme de criminalité virtuelle et internationale pose de sérieux problèmes à des forces de l’ordre circonscrites dans leur action par des questions de juridictions légales et géographiques. Mais la répression est-elle vraiment nécessaire pour réguler et contrôler ces marchés? Plusieurs auteurs mettent en doute la fluidité et l’efficacité de ces marchés où les participants doivent se méfier autant des agents de police infiltrés que des autres participants au comportement opportuniste et des administrateurs des marchés qui utilisent leur position de force pour abuser des autres. La menace réelle que ces marchés poserait serait ainsi grandement limité par le manque de fluidité et d’efficacité des marchés. Cette présentation visera à éclairer ce débat en étudiant l’adoption de comportements de supercherie et de fraude par les participants. Au cœur de nos analyses sera l’utilisation de multiples identités virtuelles par les participants. Notre approche sera basée en partie sur les mots de passe utilisés par ces-dernier pour offrir nouvelle avenue pour comprendre la victimisation des participants par d’autres participants.

Ce contenu a été mis à jour le 8 août 2016 à 17 h 59 min.