Délinquants et internet: la recherche en criminologie à l’ère de l’internet 3.0


Une tranche de plus en plus importante de la délinquance se produits dans des contextes virtuels comme l’internet, les réseaux postes à postes et les univers virtuels. Les délinquants tirent avantage du caractère immatériel de ces environnements et de l’anonymat relatif qu’ils offrent afin de s’attaquer à des victimes qui n’ont souvent pas les moyens de se défendre. Bien qu’il existe peu ou pas de différences entre les délinquants qui opèrent dans les univers réels et virtuels, la surveillance et la collecte de données sur ces individus ne peuvent être approchées de la même manière que pour la délinquance dite traditionnelle. Il existe en effet peu de dossiers d’enquête portant les délinquants de l’internet. Entrer en contact direct avec de telles personnes est aussi plus difficile en raison de leur méfiance naturelle. Pour pallier à ces limites, cette présentation proposera trois techniques qui ont été utilisées de par le passé dans le contexte de recherches empiriques et qui ont produit des résultats intéressants. La première est celle du miroir (web scraping en anglais) qui cherche à télécharger de l’information directement de sites web et de forums de discussion en ligne. La deuxième est la surveillance de salles de clavardage IRC qui permet d’enregistrer et de suivre à la trace les délinquants. Finalement, nous présenterons des ressources s’intéressant à la sécurité en ligne qui pourraient permettre d’avoir accès à des informations privilégiées comme des copies de sauvegarde de sites de pirates.

Ce contenu a été mis à jour le 8 août 2016 à 18 h 01 min.